fbpx
string(0) ""

Voyager et… donner au suivant

4 mai 2019 -
Le coffre aux trésors d'Hôtel Château Laurier Québec

Tout comme moi, vous avez vu et lu dans les médias, ou encore, appris par le biais de proches et d’amis, que des voyages scolaires ayant comme motifs l’entraide humanitaire ont lieu à chaque année. Généralement sur une période de deux à quatre semaines, ces voyages permettent à des jeunes de découvrir de nouveaux pays et cultures, tout en donnant un coup de main aux populations locales. Que ce soit pour repeindre les locaux d’une école ou pour effectuer des travaux relatifs à la protection de l’environnement, les programmes proposés par les agences spécialisées permettent de conjuguer engagement humanitaire et découverte. C’est pourquoi, ils deviennent de plus en plus populaires dans le milieu scolaire.

Ces programmes et projets de voyages humanitaires, désignés par l’expression volontourisme, se situent à mi-chemin entre le tourisme et le bénévolat. Ils sont de plus en plus populaires, non seulement chez les jeunes mais également auprès d’adultes, et plus particulièrement chez les jeunes retraités. Les destinations de ces voyages sont généralement situés dans des continents et pays dont le niveau de vie est plus bas que celui des pays occidentaux. On pense ici à des pays de l’Amérique centrale, de l’Amérique du sud, de l’Afrique et de l’Asie. Et ces voyages, même s’ils impliquent de se relever les manches pour aider et de séjourner dans un confort relatif, ne sont pas pour autant à prix modiques. Dans les faits, il en coûte souvent aussi cher qu’un voyage de pur tourisme pour vivre une telle expérience. D’ailleurs, un véritable réseau d’agences et d’intermédiaires s’est développé pour répondre à cette demande et pour plusieurs c’est devenu un marché intéressant et il faut le dire, assez lucratif.

Une tendance qui a rejoint l’Amérique du nord

Mais si ce marché s’est développé principalement autour de projet de tourisme volontaire dans les pays de l’hémisphère sud, on commence de plus en plus à voir des destinations de l’Amérique du nord prendre la balle au bond et proposer des séjours qui combinent tourisme et bénévolat. Ceux-ci s’articulent principalement autour de l’aide aux démunis, de la protection de l’environnement et du tourisme événementiel. À titre d’exemple, on  retrouve sur le site web de Tourism Colorado, une page spécialement dédiée au tourisme volontaire. La contribution attendue ici, de la part des touristes qui veulent combiner tourisme et engagement, s’articule autour de l’entretien et du développement d’un vaste réseau de pistes de randonnées en montagne. Un peu plus au sud, on retrouve également sur le site touristique de l’Arizona, une section dédiée au tourisme solidaire. Ici, les projets proposés aux touristes vont du bénévolat lors d’événements sportifs à l’entretien de sentiers de randonnées, en passant par le support à des organismes communautaires. Certaines destinations urbaines ont également décidé de rejoindre ces destinations exemplaires. Ainsi, chaque année, à Philadelphie, on fait appel aux bénévoles, qu’ils soient résidents ou visiteurs, afin de contribuer à la préparation et à l’accueil lors des célébrations du Martin Luther Day. Ainsi, c’est plus de 130 000 bénévoles qui s’impliquent pour faire un succès de cet événement, un des plus importants aux États-Unis en l’honneur de ce pasteur et défenseur des droits civiques.

Et pourquoi pas Québec?

Dans mon travail de déléguée commerciale responsable du marché des groupes, j’ai beaucoup de succès à promouvoir les attributs de Québec comme destination au riche patrimoine historique et culturel. Québec a de plus en plus la cote et en m’inspirant de cette tendance du tourisme volontaire, je désire répondre à une demande réelle tout en supportant des initiatives locales qui visent à aider nos citoyens dans le besoin ou tout simplement à contribuer à la qualité de vie de la région. Voici donc quelques exemples de projets que j’aimerais soumettre aux décideurs et aux groupes qui veulent voyager et s’impliquer plus activement.

L’Armée du Salut, dont les locaux sont situés au cœur du Vieux-Québec, a une longue tradition d’entraide pour les démunis, à Québec comme dans toutes les localités où l’organisation est implantée. Le chapitre de Québec peut accueillir des groupes de voyageurs qui désirent faire du bénévolat et cela, pour des groupes de 30 à 40 personnes. On peut y confier des tâches variées aux bénévoles, dont la préparation de paniers de Noël, le tri de vêtements ou de jouets reçus en dons, le service de repas, l’aide à l’envoi de documentation sur des activités saisonnières et même, des services d’urgence et d’aide aux sinistrés. Je sais que je peux compter sur l’intérêt et l’ouverture de l’équipe de l’Armée du Salut et lorsqu’un groupe nous manifeste son désir d’aider tout en découvrant les charmes de Québec. Situés à quelques minutes des locaux de l’Armée du Salut, l’Auberivière, un refuge multiservice pour personnes sans-abri et en difficulté de 18 ans et plus, et le Café-rencontre centre-ville, deux autres organismes dont la mission est d’offrir des services, de la chaleur et du réconfort à des clientèles dans le besoin, sont également des organismes qui peuvent accueillir des groupes de bénévoles pour le service des repas ou le tri de vêtements provenant de dons.

À Québec, comme au Colorado et en Arizona, les citoyens et les visiteurs peuvent apprécier des sites de plein air, dont certains sont situés directement en milieu urbain. C’est le cas du Parc linéaire de la rivière Saint-Charles, qui s’étend du Vieux-Port de Québec jusqu’au Lac Saint-Charles, où la rivière prend sa source. À chaque année, la Société gestionnaire, organise une dizaine d’opérations de nettoyage des berges, et ce, en partenariat avec des groupes communautaires, scolaires ou d’entreprises. J’y vois une excellente occasion pour permettre à un groupe de visiteurs de découvrir, à deux pas du centre-ville, une rivière et les milieux naturels qui la bordent.

Dans un tout autre registre, Québec accueille à chaque année de nombreux événements sportifs. Le bon déroulement de ces événements s’appuie, entre autres, sur l’implication de nombreux bénévoles. Ceux-ci peuvent travailler à l’accueil des participants ou à la sécurité des sites, des athlètes et des spectateurs. Je pense ici en premier lieu aux différents événements organisés par Gestev, dont le Jamboree (planche à neige), le Marathon de Québec, la Coupe du monde de vélo de montagne, le Challenge de tennis féminin et la Coupe du monde de ski de fond. Ainsi, lors de ce dernier événement, dont le centre des opérations était situé au Manège militaire Voltigeurs de Québec, de nombreux bénévoles associés ou non au milieu du ski de fond et provenant de la région et de l’extérieur, se sont engagés pour faire de cet événement un succès. Lors des pauses repas qui se tenaient dans la spectaculaire Salle d’armes du Manège, on pouvait rencontrer des passionnés provenant de Montréal, de la Montérégie, de l’Estrie, de l’Outaouais et de plusieurs autres régions du Québec qui en ont profité pour combiner une expérience de bénévolat et un séjour à Québec. Et puis, d’autres organisateurs d’événements sportifs qui se tiennent à Québec et dans sa région comptent aussi sur l’implication de bénévoles pour assurer le bon déroulement des épreuves. Parmi eux, on retrouve le Tournoi International de Hockey Pee-Wee de Québec en février, le Pentathlon des neiges qui regroupe à chaque mois de mars des milliers de participants sur les plaines d’Abraham et deux petits nouveaux, le Québec Singletrack Experience (vélo de montagne) en août et le Méga Relais Labriski (course à pieds) en septembre.

L’Hôtel Château Laurier Québec et le tourisme volontaire

À l’Hôtel Château Laurier Québec, ses gestionnaires et son personnel, se sont véritablement engagés pour faire une différence dans leur communauté. D’une part, nous nous affichons comme un établissement francoresponsable afin de mettre en valeur la langue française et les créateurs qui la font vivre. Et puis, nous avons instauré un programme de développement durable visant à offrir des services respectueux de l’environnement. Nous avons mis sur pied un Comité vert, j’y suis personnellement impliquée, pour coordonner le tout et apporter de nouvelles idées. Et pour porter notre engagement hors des murs de nos établissements (Hôtel Château Laurier Québec et Hôtel Château Bellevue), je suis convaincue que nous pouvons contribuer à la qualité de vie de notre communauté en proposant des séjours de tourisme volontaire à nos clientèles de groupes et individuelle.

J’aimerais discuter avec vous de la création de programmes spécifiques pour vos clients. N’hésitez pas à communiquer avec moi!

Clavardage