fbpx
string(0) ""

Portrait d’un passionné de Québec

3 juin 2019 -
Le coffre aux trésors d'Hôtel Château Laurier Québec

Luc Villeneuve, le capteur d’images

Mon parcours professionnel dans l’industrie du tourisme m’a permis de croiser de véritables passionnés. Ce billet est donc le premier d’une série où j’aurai le plaisir de vous présenter certaines de ces personnes qui ont fait de leur amour pour leur métier et notre ville, une véritable passion. Je vous propose donc aujourd’hui de rencontrer Luc Villeneuve.

Si, au cours des dernières années, vous avez été présents sur les sites des grands événements de foule à Québec ou sur un ou l’autre des sites touristiques de notre région, vous avez peut-être déjà croisé ce sympathique photographe qui trimballe avec lui un appareillage un peu inusité. En effet, Luc s’est spécialisé dans la photo panoramique en 360o. Il utilise pour capter ses images panoramiques spectaculaires, un trépied sur lequel il fixe une perche qui peut atteindre 30 pieds, au sommet de laquelle on retrouve une tête panoramique robotisée et une caméra à haute définition. Ainsi, il peut immortaliser toute l’ambiance d’un événement ou la beauté d’un site touristique. Et les résultats sont vraiment exceptionnels: Manège militaire Voltigeurs de Québec.

Un parcours atypique

Mais avant de vous parler plus en détail de son travail de photographe, permettez-moi de vous présenter brièvement son parcours professionnel, aussi impressionnant qu’atypique. Son père lui a dit un jour « Tu ne laisseras pas ta trace en marchant dans le sentier des autres ». On peut dire qu’il a bien compris le message, car, après avoir entrepris une formation en design graphique, il a décidé qu’il fallait explorer d’autres avenues, dont la première était pour le moins assez inusitée. En effet, pendant l’été, il s’est retrouvé, au cœur du Quartier Petit-Champlain, dans un atelier artisanal de confection d’article de cuir. À l’automne, il quitte pour la Grèce afin d’aller apprendre à fabriquer des bottes auprès d’un bottier Crétois. Cent fois sur le métier comme le dit la maxime. Eh bien, Luc a su mettre en pratique ce souci du détail si cher aux artisans dans son cheminement professionnel. Sa compréhension et sa maîtrise de la technologie et de la micro-informatique ont par la suite tracé la voie à une belle carrière. Pendant plus de vingt ans, il a occupé des fonctions de haut niveau dans une entreprise qui offrait alors un service de composition typographique, de production graphique et de développement web, avant de devenir vice-président technologies chez l’un des plus importants imprimeurs du Québec. En 2010, il quitte le monde de l’imprimerie pour se consacrer uniquement à la photographie. Sa vision des médias le pousse à se spécialiser en photographies panoramiques en 360o.

Luc a un coffre à outils garni de caméras de toutes sortes, à partir de son téléphone, qu’il utilise très souvent et qui, selon lui, donne une qualité de plus en plus respectable, à de l’équipement haut de gamme pour ses projets professionnels.

Mis à part l’équipement, la connaissance de l’art photographique et la créativité sont essentiels pour livrer un message efficace. Les moindres détails : l’emplacement choisi, la météo, la lumière et l’ensoleillement, les objets ou véhicules indésirables, etc. C’est ce qui explique que pour une bonne photo, il y a souvent des heures de travail et la nécessité de savoir choisir le bon moment pour capter une scène qui sait donner un caractère magique au sujet et à l’objet de la photographie.

Ainsi, Luc, comme plusieurs de ses confrères, doit souvent se lever très tôt le matin pour obtenir les conditions optimales. Par contre, il n’est pas toujours possible de contrôler toutes les variables. C’est le cas particulièrement pour les photos prises lors d’événements. Il doit donc s’adapter à l’horaire, aux lieux physiques et aux conditions météorologiques qui prévalent lors de ces événements, ce qui ajoute beaucoup à la complexité. En choisissant de travailler en mode panoramique, il s’assure de capter l’ambiance et la performance des athlètes ou des artistes de la scène. En faisant cela, le fruit de son travail devient particulièrement intéressant pour promouvoir une destination, ses sites d’intérêt et les activités qui s’y tiennent.

Le sens du détail et la capacité d’analyse dont il a fait preuve au cours de sa carrière, de ses débuts comme artisan jusqu’au moment où il a su résoudre des problèmes technologiques complexes pour le bénéfice des entreprises où il a œuvré, le servent énormément dans la production d’images panoramiques d’une qualité irréprochable. Il aime souvent nous donner en exemple ce panorama, de Québec qui a été photographié à partir de Lévis. Ce panorama, de près de 5 milliards de pixels, composé de 320 photos, donne la précision qu’il recherchait. Ainsi, que vous regardiez l’ensemble du panorama ou que vous décidiez de choisir un détail de maçonnerie du Château Frontenac en zoomant au maximum, vous serez à même de constater que le plus infime détail de cette photo est d’une très grande netteté.

Chacun des panoramas de Luc est constitué de plusieurs photos qui, une fois assemblées, constitue une image globale. Dans le cas du panorama Québec de Lévis, certains éléments, comme les nuages, bougent, ce qui requiert beaucoup d’attention pour conserver un parfait réalisme.

Un ambassadeur pour Québec

Le talent et la qualité du travail de photographe de Luc Villeneuve ont donc permis de présenter Québec sous ses meilleurs traits, devenant par le fait même une illustration des plus éloquentes de ce que notre ville et sa région ont à offrir aux visiteurs. Mais sa contribution au développement de notre industrie touristique ne s’est pas arrêtée là. En 2013, il est en effet devenu membre du conseil d’administration de l’IVRPA, une association internationale de photographes et de professionnels de la réalité virtuelle. Cette association tient son congrès annuel dans des villes qui ont une très grande attractivité touristique comme en font foi celles qui ont été retenues au fil des ans dont Las Vegas, Prague, Vienne et Tokyo, pour n’en citer que quelques-unes. Dès qu’il fut membre de cette association, Luc s’est dit que Québec serait une destination parfaite pour y tenir sa conférence annuelle. Elle est belle et photogénique. En passionné qu’il est, il a donc entrepris une véritable entreprise de séduction pour convaincre le conseil d’administration de l’IVRPA de tenir son congrès annuel de 2016 à Québec. Les retombées économiques et touristiques d’un événement d’affaires rassemblant plusieurs centaines de participants sont énormes. Mais pour un congrès regroupant d’aussi bons photographes, l’impact est encore plus considérable. Pendant plusieurs jours, ceux-ci ont immortalisé Québec et sa région et ont diffusé leur travail par la suite sur de nombreux sites Internet et dans les médias sociaux. Pour moi, en attirant ce congrès à Québec et en contribuant à en faire un véritable succès, il a, pour reprendre une image sportive, « frappé tout un coup de circuit ».

Je vous partage, depuis le début de ce billet, toute mon admiration pour ce personnage. Vous prenez le talent et le travail, vous l’assaisonnez de passion et d’un goût prononcé pour les belles et bonnes choses, et ça donne une personne comme Luc Villeneuve. Mais les mots, même s’ils sont bien choisis, arrivent difficilement à traduire toute la passion, la simplicité et la sympathie qu’il dégage dès qu’on a la chance de le rencontrer et d’échanger avec lui. Bravo Luc! La Ville de Québec peut être fière de te compter parmi ses citoyens.

Mon coup de cœur musical : L’album Solo piano III de Chilly Gonzales. Le pianiste offre un nouveau genre sans complètement changer l’âme de sa série. Ce disque est vraiment très beau et bien exécuté.

Ma découverte du mois:

Solo piano III
Chilly Gonzales

Clavardage