fbpx
string(26) "Crédit photo: Audet Photo"

Sur les traces de la présence autochtone

25 juin 2019 -
Le coffre aux trésors d'Hôtel Château Laurier Québec

Crédit photo: Audet Photo

En remontant le cours du Saint-Laurent, il y a 411 ans, Samuel-de-Champlain a mis les pieds à Kébek, « là où le fleuve se rétrécit » en langue algonquine. Il y a fondé une ville qui est devenue une référence historique en Amérique du Nord. Et on ne peut parler de l’histoire de Québec sans évoquer la présence des premières nations sur le territoire et la richesse de leur patrimoine. C’est pour souligner cette richesse que l’Hôtel Château Laurier Québec accueille l’exposition « Sur la route des Pow-Wow : à la découverte des nations autochtones du Québec ». Présentée jusqu’au 3 septembre dans le Foyer de la salle de bal de l’hôtel, l’exposition nous présente de magnifiques œuvres du photographe Stéphane Audet. Selon ce dernier, cette tournée sur les grands pow-wow et festivals autochtones du Québec à l’été 2018 a été un point marquant dans sa carrière de photographe et une révélation sur le plan personnel et humain. Aucun tarif d’admission, la visite de l’exposition est gratuite. Alors pas d’excuse pour ne pas y faire un tour lors de votre prochain passage dans le Vieux-Québec.

Nous avons voulu, en présentant cette exposition, témoigner de notre attachement à la culture des nations autochtones du Québec. Et pour vous permettre de la découvrir un peu plus, je vous propose un parcours thématique, du cœur du Vieux-Québec jusqu’à Wendake, le cœur de la nation Huron Wendat.

L’Hôtel du Parlement du Québec, situé à quelques pas de l’Hôtel Château Laurier Québec, a fait l’objet de travaux majeurs au cours des dernières années. Accessible depuis peu, on retrouve en façade et au centre de la porte d’entrée principale du bâtiment, deux monuments de bronze qui témoignent de la présence autochtone au Québec. À cause du monument en bronze qui la décore, l’entrée principale de l’hôtel du Parlement a été pendant longtemps désignée comme étant la « Porte du Sauvage ». Voulant sans doute se distinguer d’un passé colonial peu glorieux et respectueux de l’héritage des nations autochtones, le Conseil exécutif du gouvernement a changé cette appellation en 1979 et lui a donné le nom officiel de « Porte de l’Amérindien ». Toutefois, l’Assemblée nationale décida plus tard d’utiliser plutôt le nom de « Porte de la Famille-Amérindienne », en référence à l’une des deux sculptures. Même si ces deux œuvres d’art témoignent d’une autre époque, elles n’en faisaient pas moins une place significative aux premières nations et comme le soulignait l’historien Gaston Deschênes, « c’est le seul parlement au Canada qui donne autant de place aux Amérindiens ».

Pour plonger au cœur de l’histoire des premières nations, je vous propose un incontournable à Québec, l’exposition « C’est notre histoire » au Musée de la civilisation. Celle-ci propose une rencontre et une réflexion profonde sur l’histoire et la culture des autochtones qui vivent aujourd’hui au Québec. En la visitant, on comprend mieux la vision du monde des autochtones et les relations qu’ils entretiennent avec celui-ci. Plus de 400 objets, de même que des projections sur grand écran, des documents audiovisuels et des œuvres artistiques nous permettent de mieux saisir et comprendre cette vision. Tous ces documents, combinés à l’aménagement de la salle d’exposition, contribuent à exprimer les contrastes de la vie des autochtones, attachés à leur passé et traditions, mais parfaitement intégrés à un mode de vie plus contemporain.

Et en ressortant de cette exposition et du Musée de la civilisation, pourquoi pas découvrir un peu plus la production artistique et artisanale des premières nations dans des boutiques du Vieux-Québec. Au fil des rues qui serpentent le quartier historique, vous retrouverez plusieurs boutiques qui offrent des produits de l’artisanat autochtone. De celles-ci, je vous en propose deux.

La première, la Galerie d’art Inuit Brousseau, située sur la rue Saint-Louis, à quelques pas du Château Frontenac. Fondée en 1974 par Raymond Brousseau, un grand collectionneur d’art Inuit, cette galerie est une entreprise familiale reconnue depuis plus de 40 ans pour son expertise dans la vente, la promotion et la diffusion de la sculpture inuit canadienne contemporaine. Elle permet de découvrir l’une des plus grandes collections de sculptures inuit en Amérique du Nord. D’ailleurs, une partie de cette collection est exposée actuellement à l’intérieur du nouveau pavillon Pierre Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec.

La seconde, toujours située sur la rue Saint-Louis, la boutique Atikus. On y retrouve une collection de vêtements, dont de magnifiques bottes. Les vêtements offerts à cette boutique, confectionnés à la main par des artisans et artisanes, utilisent des méthodes ancestrales de perlage et de tissage. Tous les produits qui y sont vendus sont créés de façon traditionnelle en mettant l’accent sur la réutilisation, le non-gaspillage et le retour de bénéfices aux communautés.

Comme le souligne le site Web de la boutique, l’artisanat autochtone est en voie de disparition, parce que le salaire que l’on accorde aux artisanes est trop souvent dérisoire. Atikuss a mis sur pied un commerce équitable de la chaussure autochtone pour que les femmes puissent vivre décemment et transmettre leurs connaissances. Les Bottes de l’espoir, projet phare de la marque Atikuss, vise cet objectif. Les peaux et les fourrures employées dans leur fabrication sont issues de la chasse écoresponsable et les artisanes d’Atikuss les confectionnent à la main, et ce, dans le plus grand respect de leur tradition. La juste rémunération et la valorisation de ces artisanes permettent aujourd’hui d’intéresser les nouvelles générations à actualiser cette technique unique et mythique. 

Wendake

Évidemment, je ne peux proposer un parcours sur les traces de la culture autochtone à Québec sans une visite de Wendake. Situé à 25 kilomètres du Vieux-Québec et accessible en moins d’une demi-heure, ce site de la nation Huron-Wendat offre des points d’intérêts qui justifient largement de s’y rendre. L’accès par la route est facile, et si vous ne désirez ou ne pouvez pas utiliser votre propre véhicule pour vous y rendre, une navette dédiée est disponible du 1er juin au 13 octobre. Celle-ci part de la Maison du tourisme du 12 rue Sainte-Anne quatre fois par jour et les billets sont disponibles sur place.

Pour débuter votre exploration de Wendake, je vous propose le site traditionnel Onhoüa Chetek8e (https://www.huron-wendat.qc.ca/), une reconstitution d’un village huron. Vous pourrez vous y plonger dans les traditions et le mode de vie de la nation huronne. Et un peu plus au cœur du village, on ne peut passer à côté de l’Hôtel-Musée des premières nations. Situé dans un décor enchanteur sur la rive de la rivière Akiawenrahk (rivière Saint-Charles), cet hôtel propose une architecture et un cadre visuel d’une grande richesse. À l’hôtel, vous retrouverez le Musée Huron-Wendat où vous pourrez explorer le riche univers de cette nation. En soirée, une conteuse vous transportera au cœur des mythes et légendes. Et pour poursuivre cette aventure authentique, pourquoi ne pas passer la nuit dans la maison longue!

Wendake, c’est aussi l’occasion de découvrir la culture culinaire des premières nations. Je vous propose donc deux adresses qui valent le détour. La première, le restaurant La Traite situé dans l’Hôtel-musée. Vous y retrouverez une cuisine inspirée de la gastronomie des Premières Nations, où sont apprêtés avec finesse les fruits de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Et pour rendre hommage à cette table raffinée, un décor tout aussi inspirant, évoquant la nature avec des matières comme le bois, la pierre et les cornes de cervidés.

La deuxième, le restaurant Sagamité, situé sur l’artère principale de Wendake, propose également une cuisine inspirée des traditions Wendat. Malheureusement, cet établissement a été la proie des flammes en décembre 2018. Mais, si on se fie au dynamisme de son propriétaire, la Sagamité devrait être en mesure d’offrir de nouveau ses plats traditionnels dans un avenir rapproché.

Et pour terminer votre découverte de Wendake, vous ne pouvez passer à côté des Chutes Kabir-Kouba, situées tous près de la Sagamité. En parcourant le sentier bordant la rivière Saint-Charles, vous pourrez admirer la chute et son canyon ainsi qu’une fresque exécutée par des artistes locaux.

L’exposition que nous présentons dans le Foyer de la salle de bal de l’hôtel vous permettra de découvrir des témoignages visuels impressionnants de la culture autochtone. Nous vous la proposons au cours de cet été, comme un point de départ d’une découverte des richesses et de l’art de vivre des nations autochtones du Québec. Alors, laissez-vous transporter dans cet univers fabuleux.

Mon coup de cœur musical : L’album Les sources de Vanessa Paradis. Son septième album est rempli de douceur et de réconfort. L’artiste livre une prestation simple et juste, sans prétention. Sa douce voix m’a charmé!

Ma découverte du mois:

Les Sources
Vanessa Paradis

Clavardage