fbpx
string(21) "Francoresponsabilité"

La francoresponsabilité: lieu de rencontres

12 août 2019 -
Le coffre aux trésors d'Hôtel Château Laurier Québec

Francoresponsabilité

Le métier d’hôtelier nous offre à chaque jour la chance de faire des rencontres mémorables. À notre tour, à l’Hôtel Château Laurier Québec, nous souhaitons vous offrir des rencontres inspirantes porté par notre engagement en francoresponsabilité. Suivez-nous!

Les liens Québec-France

Tout amateur de livre le sait. Il arrive un moment où l’on est happé par l’histoire. Ce moment où l’on est transporté ailleurs. En refermant le livre, on se sent un peu plus près de l’auteur. Comme un ami avec qui l’on a partagé un instant d’intimité.

Convaincu que la littérature est un véhicule extraordinaire pour partager la langue française, l’Hôtel Château Laurier Québec est un fier partenaire de longue date du Prix littéraire Québec-France Marie-Claire Blais. Le prix récompense un auteur pour son premier roman. En plus de souligner les liens littéraires forts qui existent entre le Québec et la France, le prix s’ancre dans ce lien intime entre le lecteur et le livre. En effet, ce sont les membres des comités de lecture des 15 associations régionales Québec-France qui choisissent le lauréat. Le gagnant est dévoilé lors du Salon du livre de Québec.

« J’adore plonger dans l’atmosphère effervescente du Salon et des nouveautés littéraires. Mais surtout, le Salon du livre de Québec est un des événements phares de notre francophonie. Cela allait donc de soi pour nous d’offrir l’hébergement aux trois finalistes du prix littéraire.» explique Alain Girard.

En 2019, le Prix littéraire Québec-France Marie-Claire Blais célèbre sa 15e édition. À l’occasion du 10e anniversaire, Madame Blais soulignait déjà sa joie de voir le prix traverser les années ; nous partageons avec elle le bonheur de la continuité.

Romancière, dramaturge, poète, Marie-Claire Blais occupe une place d’honneur dans les murs de l’Hôtel Château Laurier Québec. En effet, si vous parcourez nos corridors vous aurez le plaisir de la découvrir parmi nos citations murales. Soyez curieux et venez nous visiter. Comme elle le dit si bien :

« N’est-ce pas la curiosité qui nous retient à la vie? » – Marie-Claire Blais

Jeunes et francophiles? Bien sûr!

Curieux, Alain Girard l’était de savoir ce qui attire les jeunes d’autres cultures à devenir francophiles, car en écoutant la télé, la radio, des balados souvent anglicisées, il est parfois difficile de s’imaginer la vitalité et l’attrait que peut susciter la langue française.

Curieux, il a donc voulu en apprendre davantage de la part de deux jeunes francophiles : Aisha Jalil, 21 ans, Argentine, étudiante en lettres modernes et professeure de français à Córdoba, et Ernesto Pardo, 35 ans, Cubain, guide touristique francophone et professeur de français à Cuba. Aisha et Ernesto ont participé à l’édition 2018 du Parlement francophone des jeunes des Amériques (PFJA) organisé par le Centre de la francophonie des Amériques.

Si pour Ernesto, il s’agissait d’une seconde participation au PFJA, c’était une première pour Aisha qui a vu dans cette opportunité la chance de connaître une autre culture, un autre français, mais surtout de débattre, en français, avec d’autres jeunes :

« […] pouvoir débattre des solutions aux enjeux sociaux et environnementaux, en français, avec des gens dont leur idéologie était souvent différente de la mienne était très séduisant » – Aisha Jalil

Tous les deux ont été frappés par la diversité culturelle du Québec, et du Canada. Réelle découverte pour Aisha qui, de son propre aveu « n’avait aucune idée de la variété et de l’hétérogénéité de la francophonie en Amérique du Nord », Ernesto avait pour sa part déjà voyagé dans des villes canadiennes anglophones, cette fois il a tout particulièrement apprécié vivre une expérience d’immersion complète dans un milieu francophone comme l’offre la ville de Québec.

« Je suis vraiment admiratif de la richesse linguistique et culturelle du Canada ».

Qu’est-ce qui pousse deux jeunes des Caraïbes et d’Amérique du Sud à apprendre le français et à le maîtriser suffisamment pour incarner la vie parlementaire dans la langue de Molière?

Aisha a choisi à 11 ans d’apprendre le français, sans nécessairement être consciente de tout ce que la France peut symboliser en Argentine ; elle avait néanmoins l’intuition d’accéder à un monde de possibilités. Depuis, elle fréquente la langue française de différentes façons :

« J’ai pu « l’habiter », comme dit Barbara Cassin*, de manières très différentes et enrichissantes. Je suis en même temps élève, prof, traductrice des fois, touriste, étrangère, consommatrice de sa culture, représentante de la francophonie argentine dans d’autres pays » – Aisha Jalil

*Philologue, philosophe et membre de l’Académie française

Ernesto aussi a constaté très jeune qu’apprendre une autre langue ouvre des portes. Si son apprentissage du français a débuté grâce à des cours à la télé cubaine, il a pu perfectionner sa maîtrise de la langue à l’Alliance Française de La Havane. Au début de la vingtaine, un bon ami lui a proposé de devenir guide touristique : le seul défi était de connaître le français! Défi réussi, car depuis 14 ans il pratique ce métier, étant même devenu entrepreneur en tourisme, et on le devine, avec une offre de séjour en français!

Alain Girard aime la beauté de la langue française, qu’il décrit comme la langue du cœur, la langue des émotions. Nos deux jeunes francophiles, eux, qu’est-ce qui leur plaît le plus dans le français ?

Ernesto apprécie particulièrement la diversité et la richesse du français. Plus encore, il a du plaisir à l’enseigner à titre d’enseignant de français langue étrangère à l’Alliance Française à La Havane. De son côté, Aisha aime la culture qui entoure la langue française – cinéma, musique, humour, littérature, philosophie, théâtre et cuisine – mais elle trouve tout aussi passionnant la dimension politique du français « langue aussi émancipatrice qu’impérialiste » résume-t-elle.

Avant de laisser nos deux jeunes retourner à leurs occupations, soyons curieux à nouveau. Quel est leur souhait pour la francophonie?

Cuba ayant d’étroites relations historiques et contemporaines avec la francophonie, Ernesto aimerait bien que le pays fasse son entrée à l’Organisation internationale de la francophonie. De son côté, Aisha formule le vœu que la francophonie demeure un espace d’inclusion et d’intégration ; pour que cela advienne, il faudra « que nous, francophiles et francophones du monde, on s’approprie la langue, qu’on l’habite, et qu’on l’aime ».

Aisha et Ernesto avaient tant à dire sur leur relation avec la langue française que nous vous invitons à prolonger votre plaisir de lecture en cliquant ici. Vous y découvrirez la suite de leurs étonnants parcours de francophiles, leurs coups de cœur et leurs trucs pour apprendre une langue étrangère.

Sur la route des Pow-wow : rencontre avec les Premières nations du Québec

Crédit photo: Stéphane Audet

C’est avec un immense plaisir que l’Hôtel Château Laurier Québec, en collaboration avec Tourisme autochtone Québec, accueille en ses murs l’exposition « Sur la route des pow-wow : à la découverte des Nations autochtones du Québec » du photographe d’origine acadienne Stéphane Audet.

Cette exposition représente pour nous une magnifique occasion de double rencontre culturelle. Comme le souligne notre directrice générale, Aude Lafrance-Girard :

« Dans le cadre de notre positionnement francoresponsable et culturel, tant en art visuel qu’en littérature, nous encourageons les artistes francophones à exposer dans notre hôtel. À travers ce positionnement, nous célébrons également la culture autochtone. »

Rencontre culturelle et rencontre intimiste avec les Nations autochtones du Québec; l’œil de Stéphane Audet a su saisir l’esprit sacré de ces grandes fêtes que sont les Pow-wow. Plus encore, ses portraits des danseuses et danseurs nous placent en tête-à-tête avec la fierté d’être autochtone chez ces femmes et chez ces hommes.

Les photos de Stéphane Audet s’offrent ainsi à nous tel un pont culturel; une façon d’être, déjà, invités à ces célébrations estivales.

L’exposition vous attend jusqu’au 3 septembre 2019 dans le Foyer des Plaines.

Pour voir la liste des Pow-wow 2019, cliquez ici.

 

Clavardage