Comment dire merci à la vie ?

22 septembre 2015 -
Le coffre aux trésors d'Hôtel Château Laurier Québec

Lorsque l’on est dans le milieu des affaires et un peu connu, les occasions ne manquent pas de s’impliquer dans une cause. Mais laquelle?

Lorsque l’on est dans le milieu des affaires et un peu connu, les occasions ne manquent pas de s’impliquer dans une cause. Mais laquelle?

En y réfléchissant bien, je me suis aperçu que si j’étais parmi les gens privilégiés de la société, c’est que la vie avait été bonne pour moi.

Bien sûr, je suis en partie l’artisan de mon succès. J’ai poursuivi mes études, j’ai toujours travaillé et je travaille toujours fort. Mais, si je suis aujourd’hui propriétaire de mon entreprise et que je suis objectivement choyé, je le dois à plein de gens qui m’ont appuyé et qui ont pris des décisions parfois difficiles qui ont pu changer le cours des choses.

Mon père en est un bon exemple. Il m’a transmis la confiance en moi et le goût des affaires. Mais, un jour, alors que j’étais encore un enfant, il a pris la décision de ne plus consommer d’alcool, ce qui a changé fort probablement le cours de ma vie et de celle de toute ma famille.

Il est parfois facile de s’attribuer tout le mérite de nos bons coups, mais plein de gens à commencer par nos parents, nous influencent et agissent de telle sorte que notre vie débute du bon pied.

C’est pourquoi je crois qu’il est dangereux de juger les autres car on ne sait jamais ce qu’ils ont vécu et les épreuves qu’ils doivent traverser.

J’ai donc décidé de «donner au suivant» en m’impliquant dans une cause qui cherche à tendre la main à ceux et celles qui vivent des situations qui font que leur vie est loin d’être rose.

La cause qui m’a attiré s’appelle Centraideexternal link parce qu’elle vient en appui à plus de 219 organismes de la région qui interviennent pour aider ceux qui ont trébuché ou pour éviter que cela n’arrive. Je fais partie de deux comités, celui des dons majeurs et des campagnes d’entreprise.

Dans le premier cas, je tente de recruter des donateurs en partageant mon expérience et la façon dont je perçois mon rôle et ma responsabilité envers la société. Je les rencontre toujours en personne pour que l’on puisse réellement échanger et je me fais accompagner d’une personne de Centraide afin de pouvoir répondre à toutes les questions qui pourraient se poser.

Dans le second cas, je m’engage à faire connaître les activités de Centraide dans ma propre entreprise afin d’inciter tout le personnel à devenir des agents de changement dans leur communauté.

Outre le fait d’égaler leur don, l’une des façons les plus concrètes de leur faire comprendre l’impact de Centraide est de les inviter à écouter le témoignage d’une personne qui a pu bénéficier d’une aide apportée grâce à Centraide.

Ce témoignage est toujours un moment bouleversant pour ceux et celles qui y assistent. Voir une personne vulnérable raconter son histoire et partager son expérience permet aussi de réaliser que l’on aurait pu être à sa place et que rien ne nous prémunit contre la maladie mentale, les revers économiques ou toute autre blessure que le hasard de la vie peut mettre sur notre chemin. La beauté, l’intelligence, le courage ou la volonté ne peuvent garantir que tout ira toujours bien.

Lorsque la vie nous a fait naître dans un milieu défavorisé ou problématique, que l’on perd son emploi sans pouvoir en retrouver un rapidement, qu’on doit quitter son pays et immigrer pour assurer la survie des siens, que la dépression nous fait chavirer, il fait bon pouvoir s’appuyer sur des gens qui nous aideront à nous en sortir, même si le chemin est long et plein d’embûches.

Je ne peux qu’être reconnaissant envers la vie qui m’a facilité les choses. Et participer aux campagnes de Centraide me permet d’exprimer concrètement ma gratitude.

Si vous aussi partagez ce besoin de donner un coup de pouce, vous pouvez le faire auprès de Centraide en suivant ce lienexternal link.

Cette année, la campagne 2015 de Centraide se tiendra du 15 septembre au 15 décembre 2015.

J’encourage particulièrement les gens d’affaires à s’impliquer. Ma participation au comité des dons majeurs m’a fait rencontrer des gens formidables provenant de tous les milieux. Et j’ai eu l’occasion de constater la bonne gestion de cet organisme dont la campagne sera sous la double présidence de M. Steven Ross, président et chef de l’exploitation à La Capitale groupe financier, secteur assurance de personnes et services financiers et de M. André Vézina, associé directeur chez EY.

Alors, merci la vie. Merci Centraide de changer des vies. Merci à vous d’y contribuer!

Ma découverte du mois:

Le jazz de mon pays
Jean-François Lambert

Clavardage