Au revoir Guylaine !

3 novembre 2015 -
Le coffre aux trésors d'Hôtel Château Laurier Québec

Le succès en hôtellerie tient à une foule de facteurs. Si certains sont incontrôlables, comme l’état de l’économie et la météo, les autres doivent être encadrés pour que les attentes de chaque client soient comblées.

Le succès en hôtellerie tient à une foule de facteurs. Si certains sont incontrôlables, comme l’état de l’économie et la météo, les autres doivent être encadrés pour que les attentes de chaque client soient comblées.

On peut comparer les opérations d’un grand hôtel à une chorégraphie où chaque danseur sait exactement ce qu’il doit faire. Et cela en parfaite harmonie non seulement avec les autres danseurs, mais avec l’orchestre, les responsables des décors, des costumes, de l’éclairage, enfin avec tous ceux et celles qui partagent la responsabilité de livrer un spectacle mémorable. C’est exactement le cas en hôtellerie et cela commande une vigilance de tous les instants. Un service à la clientèle impeccable, des chambres confortables et propres, des espaces publics attrayants au décor soigné, le bon fonctionnement des équipements, tout doit satisfaire, séduire et sécuriser ces gens qui nous ont confié leur séjour de vacances, leur réunion d’affaires ou leur mariage.

Pour que tout roule efficacement, tout en maintenant une atmosphère de travail qui incite à la collaboration, une personne doit assurer la bonne cohésion des équipes de travail. À l’Hôtel Château-Laurier Québec, ce rôle clé revient à ma soeur Guylaine.

Comme plusieurs membres de la famille Girard, Guylaine a grandi avec l’entreprise. Elle est passée par toutes les étapes du travail en hôtellerie avant de prendre en charge les opérations de l’Hôtel. Ceux qui la connaissent bien sauront vous dire qu’elle est une personne d’équipe à qui on doit la bonne coordination entre la réception, l’entretien ménager et la maintenance, que l’équité et la justice priment lorsque vient le temps d’évaluer une situation impliquant les ressources humaines et qu’elle est inflexible en ce qui concerne les normes d’hygiène et de salubrité.

Mais Guylaine ne fait pas que de la gestion et du contrôle de qualité, elle est un agent de changement dans notre organisation. Notre politique de développement durable, c’est à Guylaine que nous la devons. Elle en a été la bougie d’allumage, puis le moteur de la mise en place et elle continue de l’être avec des actions aussi concrètes que la livraison de paniers de légumes biologiques à l’hôtel pour les employés.

Guylaine à sa dernière journée

Pourquoi parler de Guylaine aujourd’hui ? Parce qu’elle a pris la décision de prendre sa retraite cet automne.

Après le départ de mon frère Chantal, qui quittait ses fonctions à la réception et aux revenus il y a quelques années, puis celui de ma soeur Jacinthe qui nous appuyait dans diverses tâches administratives, nous ne serons plus que deux des quatre enfants Girard encore actifs à l’hôtel. En effet, mon frère Michel nous prête main-forte dans les travaux de rénovations à temps partiel maintenant puisqu’il a décidé d’entamer un passage à la retraite plus graduel.

Eh oui, c’est l’ainé de la famille qui demeure au poste! Bien sûr, je continuerai à les côtoyer lors de nos rencontres familiales, mais ces départs me font prendre conscience du fait que le temps passe et que l’entreprise évoluera autrement dans les années à venir.

Alors au nom de tous les gens qui t’entourent à l’Hôtel Château Laurier, je tiens à te remercier Guylaine pour tout le travail accompli. Ta présence et ton calme me manqueront… Surtout dans les moments où le rouge me monte un peu trop rapidement au visage!

Bonne retraite ma soeur et sois certaine que ton fils Félix et ma fille Aude sauront maintenir dans le futur les valeurs de respect et d’entraide qui te tiennent tellement à coeur.

Ma découverte du mois:

Zulu
Galaxie

Clavardage