Des vacances à travers ma lentille

10 août 2017 -
Le coffre aux trésors d'Hôtel Château Laurier Québec

Qu’est-ce que je fais cet été? Je me fais plaisir!

J’irai passer du bon temps à St-Roch-des-Aulnaies et je profiterai pleinement d’un long séjour aux Îles de la Madeleine. Et je sais que, du lever au coucher du soleil, je ne manquerai pas d’observer ce qui m’entoure à travers la lentille de mon appareil photo.

La photo est mon passe-temps préféré. Pour moi, prendre une photo c’est m’aider à revivre un moment précis, à me souvenir d’un lieu découvert au hasard de mes voyages, à fixer l’expression d’un visage, à réinterpréter la nature qui m’entoure dans ses détails les plus insignifiants. Une goutte d’eau, le frimas sur une fenêtre, la fonte d’un glaçon peuvent se transformer en toile impressionniste, en forêt enneigée ou en grotte secrète sous l’effet de la lumière et de la profondeur de champ retenues.

Comme tout photographe amateur, j’ai mes sujets préférés, ceux que j’ai captés des centaines de fois et que je continue à photographier sans me tanner. Ainsi, je dois avoir des levers et des couchers de soleil de tous les endroits visités, en toutes saisons et en versions multiples de chacun. Si ce sujet est prévisible et assez banal, le défi est de pouvoir saisir le moment où notre attention est attirée par une ambiance, des jeux de couleurs ou un arrière-plan qui le rendent exceptionnel. Et ce défi est d’autant plus grand que je ne retouche jamais une photo.

Avec le temps et l’accumulation de milliers de clichés, un autre défi se pose : comment sélectionner et organiser cette masse d’images pour en faire une histoire plus facile à raconter et à se remémorer. J’ai des idées qui me trottent dans la tête, comme celle de faire un calendrier où chaque jour serait illustré par une photo prise le même jour; cela donnerait un album de 365 instants de bonheur. Un autre projet serait de constituer un diaporama uniquement de levers et de couchers de soleil tous aussi spectaculaires les uns que les autres.

Pourquoi continuer à prendre des photos alors que j’ai de la difficulté à ordonner toutes celles que j’ai déjà ? Parce que ce n’est pas tant la photo qui importe, mais le fait de savourer pleinement le moment présent en m’arrêtant et en fixant mon objectif vers le fleuve, un animal qui visite le camp de pêche ou la forme intrigante d’une plante. La photo nourrit mon côté contemplatif, me permet de me sortir du quotidien pour prendre activement conscience de tout ce qui m’entoure. Elle peut aussi être une source de grande fébrilité et de satisfaction lorsque vous fixez pour l’éternité cet instant unique qui ne reviendra plus. La photo enseigne la patience.

Les vacances et le voyage nous incitent à sortir l’appareil photo pour conserver les moments de bonheur en famille et avec les amis. Je vous souhaite plein de ces beaux moments et si vous planifiez de les passer à Québec, n’hésitez pas à réserver le forfait « Circuit photo » de l’Hôtel Château Laurier Québec!

Bonnes vacances et bonnes photos!

Ma découverte du mois:

Souchon dans l'air (Vol. 1)
Multi-interprètes

Clavardage