fbpx
string(0) ""

Francoresponsabilité: l’histoire d’une grande idée

20 mars 2019 -
Le coffre aux trésors d'Hôtel Château Laurier Québec

En 2019, l’Hôtel Château Laurier Québec fête ses 10 ans de francoresponsabilité! Pour souligner l’événement, nous lançons notre blogue « Francoresponsabilité »!

Grâce à sa localisation au cœur de la ville de Québec, un des berceaux de la langue française en Amérique, l’Hôtel Château Laurier Québec est magnifiquement situé pour faire vivre une expérience francoresponsable à ses clients.

« Le français, c’est une langue du cœur » et c’est par amour de la culture francophone qu’Alain Girard, alors PDG de l’établissement, a décidé d’en faire le premier établissement hôtelier francoresponsable au monde.

Francoresponsabilité, vous avez dit?

La francoresponsabilité se définit comme une détermination ou un engagement de tout individu ou de toute institution à promouvoir la francophonie sous toutes ses formes, et ce, autant dans ses valeurs que dans ses traditions.

Alain Girard y tient : la francoresponsabilité prend corps par un engagement ou pour le dire autrement, dans la volonté des personnes et des institutions d’offrir la culture francophone en partage. Il ne s’agit surtout pas d’une police de la langue, ni la recherche d’une maîtrise parfaite du français; elle puise dans la fierté de chacun, sans barrières techniques, ni frontières politiques.

« Comme hôtelier, nos clients proviennent de partout à travers le monde. Nous nous devons de travailler dans plusieurs langues. Parce que nous sommes fiers d’être francophones, nous avons choisi de mettre le français au premier plan. » souligne-t-il.

Pour les clients de l’Hôtel Château Laurier Québec, la francoresponsabilité s’affiche véritablement sur plusieurs murs des espaces publics, place à la littérature alors que les mots de Marie-Claire Blais croisent ceux de Proust et d’André Gide.

Plus encore, persuadé que l’art fait voyager la culture, Alain Girard voit dans la francoresponsabilité un véhicule sans pareil pour faire connaître les talents d’artistes francophones et francophiles issus de différentes disciplines. Dans l’hôtel, peinture et musique sont ainsi à l’honneur pour le plaisir des yeux et des oreilles des clients.

La francoresponsabilité vise le rayonnement de la culture d’expression française.

L’étincelle de la francoresponsabilité

D’où est venue cette idée de francoresponsabilité?

« Au milieu des années 2000, à la faveur d’une conjoncture triple, l’idée s’est imposée d’elle-même, » constate celui qui en a fait une marque distinctive de son hôtel.

Premièrement, dans les années 2000, l’industrie touristique de Québec était en réflexion : Qu’est-ce qui fait de Québec une destination d’exception tant au Québec qu’au Canada? Tant en Amérique qu’à l’international? Comment y attirer et y retenir les voyageurs? Tant les touristes d’agrément que les gens d’affaires. Que recherchent-ils et, à titre d’hôtelier, que pouvons-nous leur offrir?

Des nombreuses rencontres et discussions avec les gens de l’industrie, Alain Girard a retenu une chose : pour se distinguer, Québec n’avait ni à se réinventer, ni même à s’inventer; il fallait plutôt miser sur ses atouts existants, sur les caractéristiques qui la rendaient déjà unique.

Quel pouvait bien être cet atout naturel? C’était l’évidence même : la langue française et la culture francophone en Amérique.

Durant cette même période, l’Hôtel Château Laurier Québec mettait en œuvre deux changements importants qui allaient profondément marquer les années à venir : l’adoption de sa politique de développement durable et l’exécution de rénovations majeures au complexe hôtelier.

Au milieu des années 2000, alors que peu d’établissements hôteliers s’investissaient dans une réelle politique de développement durable, l’hôtel innovait en entreprenant une réflexion d’envergure sur le sujet. À cette époque, le développement durable ne se résumait trop souvent qu’au recyclage (papier, plastique et verre), ou encore qu’à l’impression recto-verso. Alain Girard a posé tout autrement les assises du développement durable pour l’entreprise. Novatrice, sa vision du développement durable prenait ancrage dans la culture :

« Le développement durable, pour qu’il ait une portée universelle, ça commence par la culture, la langue, ça doit parler aux gens de qui ils sont; après, tu leur parleras environnement et économie. »

Dans cette perspective, il ne faisait aucun doute dans son esprit que la francoresponsabilité devait devenir un engagement phare. Aujourd’hui, la notion d’engagement est devenue une des quatre valeurs de l’établissement.

Enfin, la conjoncture se boucle avec les importants travaux de rénovation au complexe hôtelier entre 2005 et 2007. En tant qu’entreprise familiale, l’établissement possédait déjà une personnalité unique dans l’hôtellerie de Québec. Mais comment continuer à se démarquer de la concurrence?

La mise en valeur de la culture et du savoir-faire québécois caractérisait déjà l’hôtel depuis de nombreuses années. L’attention portée à la langue française l’était tout autant : en effet, contrairement aux grandes chaînes hôtelières, la facturation ainsi que la correspondance avec la clientèle francophone s’effectuaient déjà entièrement en français.

Encore une fois, aux yeux de Alain Girard la valorisation de la langue française s’avérait un atout.

En 2009, est donc née la francoresponsabilité ainsi que la marque francoresponsable.

Désormais, la francoresponsabilité fait partie intégrante de l’empreinte sociale de l’Hôtel Château Laurier Québec.

La francoresponsabilité séduit

Depuis 2009, la francoresponsabilité est une marque déposée par l’Hôtel Château Laurier Québec. Pour son initiative, l’hôtel a d’ailleurs reçu les félicitations du Secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) de l’époque, Monsieur Abdou Diouf :

« Il s’agit là d’une idée lumineuse qui ne manque pas d’originalité et qui reflète bien l’esprit avant-gardiste que les québécois ont si souvent démontré en matière de défense et de promotion du français. » – Abdou Diouf, le 27 janvier 2010

Depuis 10 ans, plusieurs organisations ont communiqué avec Alain Girard afin de savoir comment elles pouvaient devenir à leur tour francoresponsables. Parmi elles, se démarquent notamment le Festival de la chanson de Granby qui a décidé d’offrir une programmation quasiment 100 % francophone.

Pour le moment, il n’existe pas de critères permettant de se prévaloir de la francoresponsabilité. Le président de l’Hôtel Château Laurier Québec souhaite toutefois baliser la marque et, surtout, éviter sa banalisation.

Pour autant, est-ce que l’idée d’être « responsable » pourrait en rebuter certains ? Alain Girard ne le croit pas :

« Être francoresponsable, c’est démontrer un élan du cœur envers la culture francophone et la langue française. C’est s’engager à poser des gestes concrets afin d’en faire la promotion, de les faire rayonner. »

Le président de l’Hôtel Château Laurier Québec verrait d’ailleurs d’un bon œil que la francoresponsabilité souligne les efforts des immigrants entrepreneurs qui affichent leur intérêt envers le fait français.

Prochainement en francoresponsabilité

L’année 2019 sera à la fois sous le signe de la continuité et de la nouveauté avec la présentation de nouvelles œuvres d’art francophones et l’implication d’Alain Girard auprès d’organisations faisant la promotion de la langue française.

De plus, le président de l’hôtel n’hésite pas à penser la francoresponsabilité à l’échelle internationale, car la francoresponsabilité voyage déjà par-delà les murs de son hôtel. Pour l’illustrer, il aime bien raconter cette anecdote de voyage. Lors d’un séjour au Monténégro, discutant avec une guide touristique, elle lui raconte enseigner le français afin de préserver la francophonie dans les Balkans. Alors qu’il lui expose le concept de la francoresponsabilité, très fière, la dame répond : « Mais je connais déjà! Nous sommes francoresponsables! ».

Pour les 10 ans de la francoresponsabilité, Alain Girard a-t-il un vœu d’anniversaire à formuler? « Que le terme francoresponsable fasse son entrée dans le dictionnaire ». Il y travaille déjà.

D’ici là, il nous fait et fera plaisir de vous accueillir à l’Hôtel Château Laurier Québec afin de vous faire vivre l’expérience de la francophonie.

Prochain blogue : La francoresponsabilité : l’art de recevoir

Clavardage